Hellboy - Édition deluxe 3 DVD - DVD

Hellboy - Édition deluxe 3 DVD

Hellboy
dvd note 3 country_flag

CLIQUEZ POUR LA JAQUETTE HD


FICHE DVD FICHE Blu-Ray LIRE LA CRITIQUE FILM LIRE LE TEST DVD
LE FILMStar Rating 7
IMAGEStar Rating 10
SONStar Rating 9
BONUSStar Rating 9
CAPTURES VOIR LA FICHE FILM

TEST TECHNIQUE

10 mar 2005 Par Erwan Desbois

Avant-propos : Quatre éditions de Hellboy sont proposées à la vente, comprenant respectivement un, deux ou trois DVD. L'édition « deluxe » 3 DVD est également disponible au sein d'un coffret « collector deluxe » (sic), dans lequel se trouvent également une figurine de Hellboy et un carnet de 32 pages réalisé spécialement pour l'occasion par Mike Mignola (le créateur du comic-book), « Le journal de Raspoutine ». Chaque supplément cité dans la suite de cette critique est accompagné de la mention du disque sur lequel il se trouve. D'une manière générale, l'intérêt de l'édition 2 DVD est sans comparaison avec celui de l'édition simple (en raison surtout du making-of), tandis que le troisième disque, plus fourre-tout, peut être laissé de côté si vous ne comptez pas acheter le coffret « collector deluxe ».

Un mot sur l'appellation « director's cut » apposée fièrement sur le boîtier : il s'agit en réalité de la version projetée dans les salles françaises, plus longue de treize minutes que la version américaine (qui devait durer moins de deux heures afin d'avoir une séance de plus par jour). Le DVD ne propose donc rien de nouveau par rapport à ce que l'on a vu au cinéma.

Il y a deux ans, les hasards de la programmation faisaient qu'à un mois d'intervalle sortaient deux films réalisés par Guillermo Del Toro : un blockbuster de commande terriblement efficace, Blade 2, et un film fantastique intimiste plus proche du cinéma d'auteur, L'échine du diable. Aussi réussis l'un que l'autre dans leur genre, ils révélaient un réalisateur au talent hétéroclite. Hellboy est le film de la confirmation, qui permet à Del Toro de marcher sur les traces de Steven Spielberg en tant que réalisateur de films d'aventures hauts de gamme.

La comparaison n'est pas anodine. Sur le papier, l'univers de Hellboy se rapproche de celui de la saga Indiana Jones : un mélange de nazis, de sciences occultes et de légendes médiévales, remis au goût du jour par des clins d'œil amusants à X-Files et aux Men in black - Hellboy travaille au sein du BRPD, une agence gouvernementale enquêtant sur le paranormal et dont les activités doivent rester secrètes aux yeux du public. Comme dans les Indiana Jones, ce scénario fourre-tout et digne d'un roman de gare est sublimé par le talent du réalisateur, qui en tire un film d'aventures à couper le souffle en mettant à contribution tout ce que le cinéma peut offrir.

Identité visuelle unique, mise en scène dynamique, intégration intelligente des effets spéciaux sont les principaux atouts de Hellboy, qui sont à juste titre mis en avant dans les suppléments où ils sont décortiqués jusque dans leurs moindres détails. Ainsi, ce ne sont pas moins de 36 galeries de dessins et de photos préparatoires qui vous attendent sur le DVD 3. L'exhaustivité est donc au rendez-vous, tout comme l'originalité puisque ces galeries réservent plusieurs surprises, au nombre desquelles un commentaire audio de Mike Mignola sur la section consacrée aux dessins qu'il a faits pour les décors et accessoires du film, le très fourni carnet de notes du réalisateur, et une série de représentations de Hellboy par différents dessinateurs américains (Frank Miller, l'auteur de Sin City par exemple), qui chacun à leur tour s'approprient le démon cornu et l'adaptent avec succès à leur style. Petit regret, l'interactivité qui accompagne ces galeries n'est pas toujours très réussie : l'aspect vieilli donné aux photos du tournage ne parvient qu'à les rendre floues, et l'impossibilité de zoomer sur le carnet de notes de Del Toro est quelque peu frustrante.

Les ateliers de production du troisième disque donnent vie à ces dessins figés. Tout d'abord au cours des tests de maquillage et de lumière, qui exposent l'une des principales problématiques du film : parvenir à recréer à l'écran l'esthétique particulière de la BD, et plus prosaïquement réussir à filmer de manière correcte un personnage rouge vif ! Le montage proposé présenté les différents essais réalisés en pré-production, essais que Del Toro commente en expliquant clairement les qualités et les défauts de chaque tentative, jusqu'à la décision définitive.

L'autre partie des ateliers de production est consacrée aux effets visuels. Des documents juxtaposés sans logique et trop succincts que propose cette section, on retiendra surtout celui consacré à la fabrication des maquettes, qui montre l'impressionnant degré de finition de ces arrières-plans parfois à peine survolés par la caméra - vous regarderez ainsi sûrement d'un autre oeil l'arrivée de Myers dans les locaux souterrains du BRPD après avoir vu ce supplément.

Un autre point de la conception qui se voit décrit avec le plus grand soin est le story-board. Outre la peu pratique piste de story-boards visionnable pendant la lecture du film (les cases dédiées aux story-boards sont minuscules, et cette option a pour effet de désactiver les sous-titres du film), une rubrique entière du DVD 2 y est dédiée : Le repaire de Kroenen. Celle-ci présente les trois étapes intermédiaires entre le scénario et le tournage : les story-boards, les story-boards animés et les story-boards animés avec intégration des modèles 3D. Chaque section propose une courte introduction de Guillermo Del Toro, qui explique le rôle de chacune des étapes, ainsi que plusieurs exemples (quatre pour les story-boards et les animations 3D, cinq pour les story-boards animés) comparant le story-board et la scène correspondante dans le film définitif. L'intérêt va bien entendu en grandissant : si les story-boards fixes s'avèrent très détaillés, ils prennent une toute autre ampleur une fois mis en mouvement. Avec leur style visuel décalé et leur découpage rythmé (et proche de celui que l'on retrouve dans le film), ils se transforment en petits dessins-animés très plaisants à suivre. Enfin, les story-boards avec intégration des modèles 3D sont les plus instructifs. Les modèles 3D en question sont des versions intermédiaires, sans textures, des images de synthèse prévues dans les plans. En fonction de ces résultats intermédiaires, le réalisateur décide d'alléger - ou au contraire d'augmenter - la quantité d'images de synthèse à intégrer à la séquence ; des choix qui sont clairement visibles dans les quatre scènes présentées, bien choisies et pour lesquelles la mise en scène de la comparaison entre story-board et film est très réussie.

Cette maîtrise technique sert de support à l'enthousiasme communicatif de Del Toro. Il croit en son histoire et en ses personnages avec une générosité et un premier degré confondants, qui balayent toutes les réticences et emportent l'adhésion du spectateur dès la magistrale séquence d'introduction. Ce ne sont donc pas des frissons de honte, mais bien de plaisir qui parcourent l'échine du spectateur lors des spectaculaires scènes d'action. Del Toro avait déjà démontré dans Mimic et Blade 2 son aisance à mettre en scène des combats physiques et percutants où la présence d'effets spéciaux ne gêne en rien la fluidité et l'impact de la scène. Les affrontements entre Hellboy et Sammael représentent l'apothéose de cette démarche, puisque le réalisateur sait parfaitement tirer parti de la physionomie démesurée des deux combattants et nous offre une succession de duels de titans d'une violence et d'une sauvagerie monstrueusement jouissives. La création de ces créatures et des scènes de combat les opposant se retrouve dans les visites des décors accessibles sur le DVD 1 au cours du visionnage du film ou bien dans une section à part (La main droite maudite). Au nombre de huit, ces petits modules sont plutôt réussis grâce à la pertinence du choix des scènes couvertes (les plus impressionnantes du film, de la séquence d'ouverture au combat dans la station de métro en passant par la poursuite dans l'allée) et à l'efficacité du montage, qui parvient en moins de trois minutes à chaque fois à offrir un regard intéressant sur l'envers du décor.

Ce supplément n'est toutefois qu'un amuse-gueule en comparaison du making-of présent sur le deuxième disque. D'une durée approchant les deux heures et demie (!), il s'agit du point culminant de l'interactivité de Hellboy. Les cent seize jours du tournage y sont suivis au quotidien et servent d'ouverture sur le travail des « hommes de l'ombre » que sont les équipes en charge des animatroniques, des cascades, des images de synthèse ou encore des maquillages. Sans langue de bois ni autosatisfaction déplacée, tous ces intervenants sont simplement fiers de ce qu'ils ont accompli sur ce film et nous le font partager de façon passionnante car passionnée. Si rien n'est superflu au cours de ce documentaire fleuve (qui traite même des aspects du tournage habituellement à peine évoqués comme les cascades ou le mixage audio), les parties les plus captivantes sont celles consacrées à la création des personnages les plus complexes. Qu'il s'agisse des maquillages et prothèses de Hellboy et de son partenaire mi-homme mi-poisson Abe ou des mouvements radiocommandés (voire assistés par ordinateur) de certaines parties du corps des bad guys (Kroenen et Sammael entre autres), l'inventivité mise en oeuvre pour répondre aux multiples défis posés par ces personnages impressionne constamment.


Pour les curieux qui en veulent toujours plus, la galerie de vidéos des maquettes présente sur ce même deuxième disque des vidéos tournantes de six maquettes de personnages du film, agrémentées de gros plans fixes selon différents angles. Une façon originale et bien pensée de mettre en valeur le travail d'orfèvre réalisé sur le design des personnages.

Cette surenchère visuelle de tous les instants fait de l'image de Hellboy un véritable feu d'artifice. Les noirs sont très profonds, permettant ainsi de profiter au mieux des nombreuses scènes nocturnes. La gestion des contrastes est globalement superbe. Les couleurs habituellement délicates à traiter (le rouge de Hellboy, le vert de la scène sous-marine dans les égouts) sont gérées avec maestria, de même que les abondantes - et jamais avares en effets - explosions. Celles-ci n'empiètent à aucun moment sur la fluidité de la compression ou sur le niveau de détail de l'image. Enfin, l'intégration des images de synthèse est elle aussi irréprochable, complétant ainsi un sans-faute visuel qui ne mérite rien de moins que la note maximale.

Le même niveau d'excellence est atteint par les pistes audio anglaise et française en Dolby Digital 5.1. Elles restituent à merveille l'ambiance sonore de Hellboy sans jamais tomber dans l'excès, et trouvent le parfait équilibre entre la puissance de la musique de Marco Beltrami, la clarté des dialogues et la précision des effets sonores. Les canaux annexes (voies arrière et caisson de basses) sont utilisés avec parcimonie mais toujours avec efficacité : on peut citer en exemples la porte du métro défoncée par Sammael à la 35è minute, ou les bruits de rouages et d'engrenages lors de la traversée du pont à partir de 1h36min. Pour chipoter, on regrettera l'absence d'une piste DTS.

On s'amuse tout autant en dehors de ces scènes d'action. Comme dans Blade 2, tous les personnages bénéficient d'un charisme énorme, Kroenen (photo ci-dessus) et Hellboy - Ron Perlman en tête. Ce dernier trouve ici le rôle le plus marquant de sa carrière, et prouve qu'il peut parfaitement tenir un film sur ses épaules, même peintes en rouge. Plus encore que sa carrure, c'est son jeu d'acteur qui impressionne, lorsqu'il donne vie à la quête d'humanité et d'intégration du démon cornu. Car pour Hellboy, pourchasser des démons visqueux et couverts de tentacules n'est qu'un travail devenu routinier qu'il maîtrise à la perfection et exécute avec un détachement et un humour à froid ravageurs. Sa raison de vivre, c'est Liz, jeune femme du BRPD qui se transforme en torche humaine lorsqu'elle est débordée par ses émotions. Hellboy est follement amoureux d'elle, et cette relation constitue l'un des deux moteurs du film (l'autre étant la relation père-fils entre Hellboy et le professeur Broom qui l'a recueilli lors de son arrivée inopinée sur Terre).

Ces deux points n'existaient pas dans les histoires dessinées de Hellboy, et ont été intégrées au scénario par Del Toro. Ce dernier s'est impliqué à un tel point dans ce film que l'on ne peut pas parler d'une adaptation cinématographique de la création de Mignola par Del Toro, mais bel et bien d'une oeuvre réalisée en commun par les deux hommes. Ce désir de travailler ensemble transparaît dès la conférence de presse de présentation du projet donnée lors du Comic-Con 2002, où les deux hommes insistent d'une même voix et dans la bonne humeur sur le respect de l'œuvre originelle ainsi que sur leur intransigeance artistique vis-à-vis des réticences du studio. Trois ans plus tard, force est de constater que ce qui pouvait paraître comme des paroles en l'air se retrouve réellement à l'écran. La collaboration Mignola - Del Toro perdure jusque dans l'interactivité du DVD, qui propose (DVD 2) les biographies de six personnages du film, sous forme textuelle rédigée par Del Toro ou mises en images par Mignola. Un tel supplément alimente la création d'un univers cohérent autour du film, tout comme les sept planches de la bande-dessinée au DVD auxquelles on peut accéder en cours de film (ou via un sous-menu séparé) sur le premier disque. Il s'agit de dessins réalisés par Mignola spécialement pour le film et offrant un éclairage décalé sur l'historique de personnages ou d'accessoires présents dans le récit. Ne manquez pas celle sur la ceinture de Hellboy et les différentes reliques qui s'y trouvent !

Également sur le premier disque, le commentaire audio du réalisateur prouve à quel point il s'agit pour Del Toro d'un film personnel, voire peut-être même du film d'une vie. Il annonce d'entrée que la director's cut est sa version favorite du film, car elle offre plus de temps pour développer les personnages - développements qu'il signale et justifie au cours du film. L'exubérance du réalisateur (il ne s'arrête JAMAIS de parler) est tour à tour source d'intérêt et d'énervement. Del Toro part en effet à de nombreuses reprises dans des digressions qui n'en finissent pas à propos du contexte « historique » et mythologique du récit, des comic books américains, de ses expériences personnelles liées (ou non) au tournage de Hellboy... Mais lorsque ce foisonnement est mis à profit de sujets plus en rapport avec ce que l'on voit à l'écran, le commentaire devient captivant. On en apprend ainsi énormément sur la genèse mouvementée du film, dont le scénario était prêt dès 1998, et sur les problèmes qu'il a posés jusque lors de son exploitation en salles à cause de la "bonne conscience" de certains.

L'implication de Guillermo Del Toro dans le projet saute aux yeux lorsqu'il parle de sa passion pour l'animation (il cite à plusieurs reprises Ray Harryhausen en exemple) et pour les mécanismes mécaniques en tous genres, deux centres d'intérêt qui se trouvent au cœur de la complexité visuelle de Hellboy – on pense en particulier au personnage de Kroenen, ahurissante « horloge humaine », faute d'un meilleur terme. Del Toro est également l'auteur du scénario, qui s'avère au moins aussi inventif et inattendu que l'aspect visuel du film. Nous prenant sans cesse à contre-pied, l'auteur-réalisateur alterne avec bonheur francs éclats de rire et moments de pure émotion – au détour des scènes et des relations qui se nouent entre les personnages, Hellboy prend en effet le temps de parler de filiation et de deuil, d'amour et de responsabilité. Là où Del Toro surprend le plus, c'est en concluant son film non pas sur une scène d'action mais sur un grand moment de romantisme, avec rien de moins que l'un des plus beaux baisers de cinéma. La manière dont il s'emballe en parlant de ce final dans son commentaire prouve qu'il a réellement mis beaucoup de lui-même dans ce film, ce qui rend très touchante la fin du commentaire.

En définitive, et même si tout n'est pas parfait (les personnages secondaires auraient mérité d'être approfondis, et l'histoire présente quelques ratés et maladresses), Hellboy est un grand moment de cinéma d'aventures « à l'ancienne », sincère, ambitieux et emballant. Avec son excellence technique et son interactivité titanesque, qui décortique les rouages de la réalisation du film sans rien retirer au plaisir de son (re)visionnage, on tient là un incontournable pour votre DVDthèque.

N.B. : Quelques suppléments moins intéressants ont été laissés de côté au cours de cette critique : les commentaires audio du compositeur (trop technique ; on aurait préféré le CD de la superbe bande-originale et/ou un documentaire sur l'enregistrement de la musique) et des acteurs (creux), les trois scènes coupées (deux d'entre elles ont été réintroduites dans la director's cut, et la dernière est anecdotique), le petit guide sur les comics (un mini cours magistral sur l'histoire des BD, pas assez illustré et trop court), et enfin la galerie de bandes-annonces.

CETTE EDITION

Disque 1: Hellboy - Édition deluxe 3 DVD
Emballage: Digipack avec fourreau
Duree: 127 min
Format d'image: 1.85:1
Type de disque: 3 DVD-9
Encodage: MPEG2
Disque standard: PAL

DISQUE 1

  • DVD 1 :
    Introduction (25s)
    Commentaires audio du réalisateur et du compositeur
    De la bande dessinée au DVD (7min30s)
    La main droite maudite (18min25s)
    Piste story-boards

    DVD 2 :
    Introduction (32s)
    3 scènes coupées (4min28s)
    Documentaire La genèse de Hellboy (2h26min30s)
    Filmographies des acteurs et biographies des personnages
    Premières esquisses : Ogdru Jahad (46sec)
    Story-boards animés (5min27s)
    Animation sommaire du story-board (8min05s)
    Comparaison film / story-board (8min55s)
    11 bandes-annonces et spots TV
    Projets d'affiches (25sec)
    Galerie vidéo des maquettes

    DVD 3 :
    Introduction (26s)
    Commentaire vidéo des acteurs
    Tests maquillage et lumière (7min20s)
    3 documentaires sur les effets visuels (12min43s)
    Questions-réponses au Comic-Con 2002 (23min17s)
    Petit guide sur les comics (12min19s)
    36 galeries de dessins préparatoires et de photos du tournage

Captures


La Rédaction 02/04/2007 20:07 par La Rédaction

[DVD] Hellboy – Édition deluxe 3 DVD - Zone 2

Vous pouvez discuter ici du DVD/HD Hellboy – Édition deluxe 3 DVD. Cliquez ici pour voir la page complète : http://www.ecranlarge.com/dvd-details-648.php  LIRE LA SUITE

Newsletter