Test : Je veux seulement que vous m'aimiez

0 réactions
0
Commentaires
0
Commentaires
13 octobre 2011 - Nicolas Thys

Il est nécessaire de présenter brièvement le contexte technique de la réalisation de Je veux seulement que vous m'aimiez. Ce n'est pas un film mais un téléfilm allemand tourné en 16mm comme l'étaient la plupart des programmes de l'époque. Le grain est donc naturellement très prononcé et correspond à un choix esthétique propre à cette décennie. C'est logiquement qu'on retrouve sur le Blu-ray une granulosité très forte, surtout dans les premières séquences, avec des lumières très brillantes. La définition est également très juste. Le DVD toutefois diffère légèrement, la précision du piqué est légèrement moindre, les éclairages perdent en intensité et le grain semble également s'atténuer. L'image est loin d'être lisse mais elle perd tout de même un peu de sa texture. Les cinéphiles purs et durs opteront donc pour le Blu-ray, plus fidèle, les spectateurs qui préfèrent les images léchées pourront se tourner vers le DVD.

 


 

Le film est proposé dans un son mono 1.0, en DD pour le DVD et en PCM pour le Blu-ray. La différence sera perceptible pour ceux qui sont équipés d'un caisson de basse très puissant et qui possèdent une ouïe fine. Le son est légèrement plus détaillé et plus fluide sur le Blu-ray mais le DVD n'est pas en reste. Les deux supports sont de qualité et respectueux des effets sonores, musiques et voix.

 

En guise de complément, Blu-ray et DVD ont le même : un excellent documentaire d'une heure autour du film et de Fassbinder. Il s'agit d'une sorte de making-of a posteriori puisqu'il date de 2010. Il accumule entretiens de diverses personnalités, producteurs, acteurs, directeur de la photographie et images d'archives, bien souvent inédites, afin de remettre le film dans son contexte historique, d'en reconstituer la genèse, et d'aborder les conditions de tournage et de production ainsi que sa réception. L'ensemble est homogène et constitue une approche idéale.

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire