Test : Les voyages de Gulliver 3D

0 réactions
0
Commentaires
0
Commentaires
19 juillet 2011 - Julio Lopez

Comme d'habitude avec les gros navets, c'est toujours le bonus qu'on veut qui manque. En l'occurrence, ici, je cherchais un menu spécial pour visionner les 3 minutes regardables des Voyages de Gulliver sans me taper le reste du film, une sombre daube à 100 millions de dollars destinée aux beaufs de 4 ans. Alors pour la bonne cause, je vous fais moi-même ce bonus :

 

- Pendant une bagarre, Jack Black tombe en arrière, le cul à l'air, sur un lilliputien qu'on imagine donc (puisqu'on n'a pas droit au gros plan) rentrer dans son anus. J'avoue, oui, j'ai ri et c'était la première fois. Timing : de 18min 01s à 18min 10s.

 

- Pour éteindre un feu à Lilliput (drôle de nom quand même, non ? Et pourquoi pas Zahiaville ?), Jack Black fait pipi sur le bâtiment en flamme. Un méchant lilliputien lui parle, et quand Jack se retourne, il lui pisse dessus. J'avoue et j'ai honte, oui, j'ai ri et c'était la seconde fois. Timing : de 26min 44s à 27min 22s.

 

- LA vraie scène marrante du film. La seule. Jack Black se retrouve chez des géants et sert de poupée à une odieuse gamine. Une bouffée hilarante qui ressemble à un oasis au milieu d'un champ de merde. Timing : 1h 03min 20 s à 1h 05min 47s.

 

Normalement, avec ce bonus caché spécial Ecran Large, ça devrait vous suffire pour ne pas gâcher votre soirée. Maintenant, si vous désirez lobotomiser votre gosse, il est possible de lui faire regarder tous les bonus sous-titrés en français, ce qui vous assure une soirée peinard - attachez-le quand même. Pour commencer, Je ne sais pas... avec Lemuel Gulliver (5min), un sketch pas très drôle, plus ou moins pédagogique sur le triangle des bermudes et Nessie, le monstre du Loch' Ness. Ensuite, un bêtisier (1min) qui se résume à une prise où Black part en live. 8 scènes coupées ou rallongées, parfois sans effets spéciaux (15min). Petit et géant (8min) se concentre d'ailleurs sur les effets spéciaux, pas toujours au top mais faut pas le dire. Jack Black pense en grand continue le trip making of sur un mode plus promo qu'informatif. Idem pour Pendant la pause (4min), une featurette lavage de cerveau qui laisse un peu la parole aux seconds rôles, plus nuls les uns que les autres. Votre morveux, surexcité, risquera de casser la télécommande pour jouer au baby foot alors méfiance, zappez ce bonus.

 

La phase finale sera fatale avec la chorégraphie de la séquence finale (5min), l'une des pires scènes de l'histoire du cinéma. Une paire d'interviews de Black (6min) et Segel (5min). Fin. Ah non. Il reste quelques neurones à détruire et vous n'avez plus de crack ? Le réalisateur Rob Letterman vient à la rescousse et raconte sa vie après l'école de cinéma (21min). Blague à part, c'est le seul bonus qui vaut le détour. Première mondiale (6min) montre un tapis rouge avec Laurent Weil en blonde qui demande à l'équipe comment ça va. Great, bitch. Si le petiot a encore un œil ouvert, promis, la bande-annonce le tuera. Et s'il devient un zombie, le DVD et la copie digitale inclus feront l'affaire. Les plus chanceux (?) pourront aussi voir la version 3D, sur leur télé équipée.

 

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire