••• Brian De Palma en Blu-ray chez Carlotta


21 nov 2012 Par Tonton BDM


La première partie de la carrière de Brian De Palma est, pour les spectateurs à tendances voyeuristes, souvent absolument hypnotique. Fasciné jusqu'à l'obsession par l'assassinat de JFK et par les problématiques du double « à travers l'écran » brillamment mises en abime par le chef d'œuvre Fenêtre sur cour d'Hitchcock, le cinéaste barbu a en effet développé une filmographie au cœur de laquelle la vérité, quelle qu'elle soit, ne peut être révélée qu'à travers un écran ou par une projection de soi-même, ce qui, au cinéma, s'applique de façon troublante au spectateur lui-même. Et si tant est qu'il soit sensible à cette position de « voyeurisme » forcené, le spectateur ne pourra que se plonger corps et âme dans ses films, même si ceux-ci dégagent souvent un profond malaise. Blow out et Pulsions (mais aussi le sublime Body double) sont tout à fait représentatifs de cet âge d'or dans la carrière de De Palma, d'autant plus que le cinéaste y déploie une maestria technique absolument sidérante. Essayez donc de lancer une des deux galettes éditées par Carlotta : il vous sera absolument impossible de les arrêter avant la fin du film. Maitrise formelle, audaces scénaristiques, pureté cristalline des enjeux narratifs, Blow out et Pulsions sont deux petites merveilles, deux leçons de cinéma à redécouvrir séance tenante !

Blow out  Pulsions

Il est d'autant plus urgent de les revoir que les copies proposées par Carlotta sur ces deux Blu-ray sont soignées : respect du grain d'origine, niveau de détail élevé, profondeur de champ appréciable, définition sans accroc... Le piqué de Blow out est certes nettement inférieur à celui proposé sur le Blu-ray de chez Criterion, mais ne chipotons pas : les deux galettes demeurent un vrai plaisir pour les rétines, faisant honneur à la direction photo de Ralf D. Bode (Pulsions) et de Vilmos Zsigmond (Blow out), dont Nancy Allen aime à raconter qu'il composait ses plans comme autant de tableaux, et prenait des heures à éclairer la moindre séquence*. Et puisqu'on parle de l'image, on vous rappelle d'ailleurs également que l'auteur de ces lignes avait eu la chance de visiter en compagnie de son fidèle sidekick et néanmoins mentor les studios Digimage, en charge de la restauration du film pour l'éditeur français (voir notre article). Côté son, Carlotta a eu le bon goût de nous proposer les versions d'origine encodées en DTS-HD Master Audio (avec la voix de Depardieu sur la VF de Blow out !); il est à noter que la V.O de Pulsions est également proposée dans un mixage 5.1 (toujours en HD), à la spatialisation discrète mais souvent efficace.


Accédez à la galerie « Blow out » en cliquant sur la capture ci-dessous :

Blow out


Accédez à la galerie « Pulsions » en cliquant sur la capture ci-dessous :

 Pulsions


Abordons maintenant les suppléments de ces deux Blu-ray. Ces derniers sont d'une remarquable cohérence, et se répondent d'une galette à l'autre sans la moindre redondance. Co-produits par Carlotta et Fiction Factory (Allemagne) pour l'édition Blu-ray, ces bonus sont pour la plupart inédits. On commence avec des introductions riches et bien vues signées Samuel Blumenfeld. Il replace chaque film dans son contexte, en revenant sur l'écriture de chaque scénar et en éclaircissant quelques points de détail qui auraient pu échapper au spectateur. C'est concis, clair, et assez brillant. Les deux galettes contiennent également chacune un entretien avec George Litto, producteur des deux films, ainsi qu'un entretien avec Nancy Allen, qui fait preuve d'une humilité et d'un humour agréables. Elle aborde sans langue de bois les différents aspects techniques des deux films, allant jusqu'à évoquer la possible influence du cinéma de Dario Argento sur De Palma.


Le Blu-ray de Blow out comporte également un long et passionnant entretien avec Pino Donaggio, compositeur de la musique des deux films, ainsi qu'un entretien avec Vilmos Zsigmond, directeur photo déjà évoqué un peu plus haut. Pour terminer, la galette comprend également une analyse « illustrée » du film par Jean Douchet, absolument passionnante, mais également assez amusante finalement dans sa tendance à la sur-interprétation d'un film que ses détracteurs considèrent déjà comme sur-signifiant.

La galette de Pulsions comporte également quant à elle un passionnant entretien avec Angie Dickinson (méconnaissable, elle fait penser à Armande Altaï), ainsi qu'un entretien avec Keith Gordon, qui joue Peter dans le film (ainsi qu'Arnie Cunningham dans le Christine de Carpenter), et qui explique à quel point sa rencontre avec Brian De Palma a été déterminante pour la suite de sa carrière, puisqu'elle lui a donné envie de devenir réalisateur. Enfin, un court mais édifiant comparatif entre les trois versions du film complète la section bonus, mais les amoureux du film le connaissaient déjà puisque celui-ci était déjà disponible sur le Blu-ray américain.



Apport HD : Deux Blu-ray indispensables, en attendant la sortie de Body double.



* in Mad Movies n°257

LIENS SPONSORISES

RÉAGISSEZ GALERIE

Sandy Gillet21/11/2012 23:36 par Sandy Gillet

Un bonheur… qui sera proposé aux enchères ???? :amour: Qui sait ? :stress: LIRE LA SUITE
Frank Einstein21/11/2012 22:55 par Frank Einstein

Et en plus on a enfin droit à la version non censurée de “Pulsions” en France (jusque-là uniquement disponible sur le dvd zone 1 car la version sur le zone 2 était amputée de pas mal de plans sanglants ! Un vrai paradoxe enfin rétabli). Un bonheur… qui sera proposé aux [...] LIRE LA SUITE
La Rédaction21/11/2012 10:28 par La Rédaction

Brian De Palma en Blu-ray chez Carlotta

Vous pouvez discuter ici de l’article Brian De Palma en Blu-ray chez Carlotta. Cliquez ici pour lire l’article complet : http://www.ecranlarge.com/article-details-24375.php LIRE LA SUITE

À ne pas manquer

Newsletter