••• Julia Channel, femme des années 90


18 déc 2009 Par Roy Lapoutre


Qui est Julia Channel ? Une femme des années 90 ? La meilleure amie imaginaire  de Patrick ? Non, Julia Channel est avant tout l'une des plus mémorables poutres de votre Roy ! De ces moments fantasques et fantastiques où le cinéma se résume tout en entier en un plan et une bite. Enfin deux bites pour le coup. En effet, dans Le Parfum de Mathilde de Marc Dorcel, Julia Channel écope de la scène la plus folle et la plus bandante du porno des années 90. Après avoir échoué à dévergonder la petite Draghixa, elle entre en soubrette dans une chambre face caméra : « j'ai raté ma mission, vous pouvez faire tout ce que vous voulez de moi ». Et v'là eux mecs qui entrent dans le champ, comme de derrière la caméra : « ah ouais, vraiment, on peut faire ce qu'on veut... ». Mythique !

 Julia Channel

Née Julia Pinel le 3 novembre 1973, elle est parfois aussi créditée en tant que Julia Channel, Lydia Channel, Julia Sow... et pourquoi pas alors Julia Opinel ou Julia Pine ! Hein, bon, d'origine malienne par son père et italo-normande par sa mère, Julia Channel grandit dans le 9-3 puis se retrouve à la Sorbonne. Un grand écart (mhmmm !) qui la fait remarquer par la presse érotique au même titre que ses photos pour une marque de maillots de bains. Elle est alors shootée pour le Penthouse australien et le Playboy américain. En 1992, elle tourne son premier film porno, qui s'il est amateur a l'un des plus beaux titres de l'histoire du X : La Baise dans le monde. Quel sujet de dissertation, vous avez 3 heures !  Julia a 18 ans à peine, et le milieu lui les bras et les jambes. C'est le réalisateur allemand Nils Molitor qui la fait tourner en premier : « Je n'ai pas choisi cette carrière, c'est elle qui s'est présentée à moi, mais il a fallu en tous cas la gérer ».

 Julia Channel

Avec 120 films en 5 ans, l'actrice peut se targuer d'une carrière prolifique et d'un sacré palmarès. Elle a ainsi tourné aux quatre coins du monde, en France avec Marc Dorcel, Alain Payet, Michel Ricaud, en Italie avec Mario Slieri, Joe d'Amato, Béatrice Valle et aux Etats-Unis. Elle est l'une des premières petites Françaises à conquérir l'Amérique sans arme, haine, ni violence, juste avec son cul ! « J'étais émerveillée de découvrir cette Amérique dont j'avais tant rêvé, la réussite ne m'a pourtant pas empêché de garder les pieds sur terre, je savais que je n'étais que de passage dans ce milieu qui représentait pour moi un tremplin, car j'ai toujours eu la passion du spectacle. » Sous la direction des réalisateurs John Leslie et Andrew Blake, la belle ne tarde pas à attirer l'attention de la plus grande société de production, Vivid.

 Julia Channel

Mais Julia a envie de passer à autre chose, en effet, suite à un reportage sur les malades du sida au Congo pour le magazine Hot Vidéo en août 1996, l'actrice est traumatisée par cette Afrique mourante et en détresse et par son métier où le port du préservatif n'est pas automatique voire même pas le bienvenu du tout. Elle met ainsi fin à sa carrière dans le X, laissant nombre de ses fans la queue en berne. Ils peuvent la retrouver non plus sur le petit mais le grand écran dès 1995, avec Les Truffes avec Jean Reno, Frères et Coup de vice avec Samy Naceri et Recto/Verso avec Smaïn. Des films dont le porno n'aurait pas renier les titres, mais voilà, il s'agit de cinéma traditionnel. A moins que vous auriez voulu la voir avec Smaïn plutôt qu'avec Christoph Clark.

 Julia Channel

Sa reconversion est totale à la fin des années 90, avec la création d'un service audiotel, une tournée européenne de shows érotiques, une émission musicale sur MCM, le programme Sans queue ni tête (quel intérêt alors ?) pour le site de Canal+, son site internet officiel ou la présentation du Journal du hard pendant six mois. Egérie du porno des années 90, elle devient muse du hip-hop des années 2000, en posant pour des rappeurs comme Joey Starr, Menelik, Method Man, Stomy Bugsy, etc. Elle aura même son émission télé, Hip-Hop Channel, sur MCM en 2001. Un an plus tard, alors qu'elle n'a pas trente ans, Julia décide d'écrire son autobiographie, « non pas pour raconter la fin de ma vie, car je n'en suis qu'au début, mais c'est un livre qu'il faut prendre comme un élan, un livre d'espoir où je vais expliquer la difficulté de la reconversion professionnelle mais aussi sentimentale lorsqu'on sort du X. ». L'enfer vu du ciel (éditions Blances) est sorti en 2008, soit 10 ans après qu'elle ait reçu un Hot d'Or d'honneur ! Sniff, vous pouvez tous verser votre petite larme...

 

Cliquez sur l'image ci-dessous pour accéder à son interview

 

Julia Channel

 

LIENS SPONSORISES

RÉAGISSEZ GALERIE

DOCUMENTS LIÉS

TOUS LES ARTICLES

La Rédaction19/12/2009 13:07 par La Rédaction

Julia Channel, femme des années 90

Vous pouvez discuter ici de l’article Julia Channel, femme des années 90. Cliquez ici pour lire l’article complet : http://www.ecranlarge.com/article-details-14221.php LIRE LA SUITE